Les remparts de Cari­­­­­­gnan

Ils date­­­­­­raient de l’époque gallo-romaine mais ont été amélio­­­­­­rés au fil des siècles. Notam­­­­­­ment au XVIe siècle, lorsque Charles Quint fit construire cinq bastions à orillons avec des case­­­­­­mates souter­­­­­­raines sur deux niveaux compre­­­­­­nant des chambres de tir et des chemi­­­­­­nées monu­­­­­­men­­­­­­tales desti­­­­­­nées à évacuer les fumées. Trois de ces bastions existent encore dans le haut de la ville et il est possible de les visi­­­­­­ter (se rensei­­­­­­gner auprès de la mairie). Un tel équi­­­­­­pe­­­­­­ment de défense se justi­­­­­­fiait aisé­­­­­­ment à Cari­­­­­­gnan, ville fron­­­­­­ta­­­­­­lière, qui fut au cœur d’innom­­­­­­brables combats du XVe au XVIIe siècle.

Les forti­­­­­­fi­­­­­­ca­­­­­­tions de Mouzon

Si Cari­­­­­­gnan fut la ville fron­­­­­­tière de l’Empire, Mouzon en fut la porte d’entrée. Elle connut ainsi les mêmes assauts et sièges répé­­­­­­tés et fut tout natu­­­­­­rel­­­­­­le­­­­­­ment forti­­­­­­fiée. Les vestiges de ces forti­­­­­­fi­­­­­­ca­­­­­­tions subsistent encore aujourd’hui. Le plus impor­­­­­­tant étant la Porte de Bour­­­­­­gogne nommée ainsi car elle regar­­­­­­dait vers les états de Bour­­­­­­gogne d’alors (aujourd’hui la Belgique). Un circuit piéton­­­­­­nier des forti­­­­­­fi­­­­­­ca­­­­­­tions permet de les décou­­­­­­vrir. (Rensei­­­­­­gne­­­­­­ments et docu­­­­­­men­­­­­­ta­­­­­­tions auprès de l’office de tourisme).

Les fermes forti­­­­­­fiées

Le terri­­­­­­toire des Portes du Luxem­­­­­­bourg est parsemé de fermes isolées souvent forti­­­­­­fiées. Celles-ci assu­­­­­­raient une double fonc­­­­­­tion : produc­­­­­­tion de nour­­­­­­ri­­­­­­ture et défense en cas d’attaque. Entre autres, citons la Maison à Bar, ancienne dépen­­­­­­dance de la Char­­­­­­treuse du Mont-Dieu.

Contact

Pour toutes infor­­­­­­ma­­­­­­tions :

Office de Tourisme

Tél. : 03 24 29 79 91

Mail : offi­­­ce@­­­­­­por­­­­­­tes­­­­­­du­­­­­­luxem­­­­­­bourg.fr